Mouscron: «À mon cancer s’ajoute le stress d’attraper ce virus»

Sous son masque, Charlotte parvient à garder le sourire, parce qu’il le faut bien.
Sous son masque, Charlotte parvient à garder le sourire, parce qu’il le faut bien. - com

Il y a quelques mois, Charlotte De Coninck, une Mouscronnoise de 32 ans, apprend qu’elle est atteinte d’un cancer du sein. Depuis, c’est avec de la chimiothérapie que la jeune femme, maman de deux adorables petites filles, tente de terrasser ce vilain crabe qui a décidé de s’attaquer à elle. Un sacré défi que la vie lui a imposé, mais pas question pour elle de se laisser faire.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Meuse ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct