Les toxicomanes liégeois sont en manque suite au confinement

Chez Tadam, ils recoivent tout le matériel pour s’administrer leur dose.
Chez Tadam, ils recoivent tout le matériel pour s’administrer leur dose. - Thomas Van Ass

Au centre Tadam de Liège, également baptisé « salle de shoot » car c’est là que depuis près de deux ans les toxicomanes viennent pour s’administrer leur dose en toute sécurité, on est resté ouvert depuis le début de l’épidémie.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Meuse ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct