Chants nazis chez Lequet: le patron risque un an de prison

Le nom de Stockis (au-dessus) a disparu de la façade (en dessous).
Le nom de Stockis (au-dessus) a disparu de la façade (en dessous). - Th. Van Ass et J. SUMKAY

Les chants et les saluts nazis de dimanche midi au café Lequet, devant des clients médusés et choqués, n’en finissent plus d’affoler les réseaux sociaux et les médias.

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour 7€/mois pendant 6 mois. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte -50%
Accédez à l'ensemble des articles et services de votre région pour 7€/mois

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Meuse ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct