Vincent Taloche rend hommage à Bourvil

Et ben dites-donc ! Y a un air de famille, non
?
Et ben dites-donc ! Y a un air de famille, non ? - D.R.

Sans Bourvil, raconte-t-il, il n’y aurait jamais eu de «Frères Taloche»...

Vous désirez lire la suite ? Abonnez-vous pour seulement 1€ et profitez de tous nos contenus en illimité. Offre sans engagement et à durée limitée.

Je suis déjà abonné au Numérique de Sudpresse, je m'identifie.

Offre découverte
Débloquez votre accès illimité à l'ensemble des articles et services de votre région pour seulement 1€.

Vous disposez déjà d'un abonnement à La Meuse ? Connectez-vous maintenant.
 
Chargement
Tous

En direct

Le direct