Les enfants se déplaçaient en chaise roulante pour les allocs

Photos
Les enfants se déplaçaient en chaise roulante pour les allocs
© Capture RTL.de

C’est un terrible procès qui secoue actuellement l’Allemagne. Comme le rapportent nos confrères allemands de RTL, Maike B., une femme de 49 ans, a fait croire à tout le monde pendant six longues années (entre 2010 et 2016) que ses enfants, trois garçons et une fille, étaient gravement malades, afin notamment de recevoir des allocations pour enfants malades et handicapés.

Elle a repoussé toutes les limites de l’imaginable pour que son terrible mensonge soit crédible et puisse perdurer dans le temps. Et son stratagème a eu des conséquences catastrophiques sur la santé de ses enfants.

140.000 euros

Tout a commencé lorsqu’elle a trompé les médecins pour obtenir de faux certificats médicaux pour chacun de ses enfants. Le but ? Frauder les services sociaux. Elle a ainsi perçu 140.000 euros d’aides sociales grâce à ces attestations trafiquées. Les enfants devaient donc se déplacer, sous les recommandations de leur mère, en chaise roulante presque tout le temps.

Pour que son plan diabolique puisse tenir la route, les enfants devaient donc eux-mêmes croire qu’ils étaient gravement malades… Alors elle leur a menti, à tous.

À Jendrik-Lukas (10 ans) et Jennifer-Selver (18 ans), elle leur a fait croire qu’ils souffraient d’ostéoporose précoce. A un degré assez grave, tellement qu’elle leur a fait manquer une centaine de jours d’école. Jendrik-Lukas, le plus jeune, a ainsi redoublé une année à cause de ses absences.

Pas d’ostéoporose pour Jeremy (15 ans) et Jerome-Hannes (17 ans). Eux « souffraient » de polyarthrite rhumatoïde. Avec comme conséquence aussi de devoir se déplacer en chaise roulante.

Et pour éviter que ses enfants se lèvent trop souvent de leur fauteuil, Maike leur avait expliqué qu’ils risquaient tous une paraplégie…

© Capture RTL.de

Un cercle vicieux

Alors comment des adolescents ont pu croire à ces mensonges ? À cause des effets de ceux-ci. Comme ils ne se levaient presque jamais de leur fauteuil, ils souffraient tous de graves faiblesses musculaires.

Et les 80 pas tolérés à la maison se révélaient donc de plus en plus difficiles à vivre pour les jeunes ados au fur et à mesure que le temps passait. Ce qui renforçait leur croyance dans les mensonges de leur mère… Un véritable cercle vicieux.

« Quand les contrôleurs sociaux venaient à la maison, tous les enfants avaient l’obligation de rester cloués dans leur chaise roulante. Puis ils devaient feindre d’être au plus mal », a expliqué l’aînée au tribunal. « Elle leur donnait des jouets en échange et leur disait qu’avec cet argent, ils pourraient continuer de mener une vie agréable ».

Reportages et plateaux TV pour expliquer la « malédiction »

Maike avait même poussé le vice en expliquant dans les médias que sa famille vivait une « malédiction ». Plateaux TV, reportages sur place de nos confrères allemands de RTL, tout y est passé… « Je la soupçonne de ne pas seulement avoir été préoccupée par l’argent, mais aussi par l’attention qu’elle a pu recevoir avec tous ses mensonges », a encore déclaré l’aînée au procès.

Car Jessica (âgée maintenant de 27 ans), l’aînée des cinq enfants de la famille, est la seule à n’avoir jamais vraiment cru les mensonges de sa mère. Cette dernière avait aussi tenté de lui faire croire qu’elle souffrait d’ostéoporose, mais la jeune fille de 18 ans à l’époque, méfiante, avait été faire des examens médicaux qui s’étaient révélés négatifs. Elle avait rapidement quitté le foyer et demandé à ses trois frères et sa sœur de l’accompagner. Mais ces derniers étaient malheureusement sous l’emprise de leur mère, qui avait alors rapidement coupé les ponts avec l’aînée.

Tout a pris fin en 2016, quand une employée de la sécurité sociale a trouvé des irrégularités dans le dossier familial. Une plainte a été déposée, et tous les terribles mensonges ont éclaté au grand jour. Les quatre enfants ont été placés en famille d’accueil.

Le verdict est attendu en octobre.

Maike lors de son procès
Maike lors de son procès - © Capture RTL.de

Notre sélection vidéo
Tous

En direct

Le direct