Randonnues à Florenville et exhib à Arlon: six femmes en correctionnelle (vidéo)

Six femmes, de 26 à 40 ans, originaires des régions de Mons, Dinant et de la frontière française ont comparu à l'audience mœurs du Tribunal correctionnel d'Arlon. Elles avaient participé aux fameuses randonnues près de Florenville. Mais...

Marc DURANT

Publié le 09/02 à 13h24

Mais les choses ont dérapé pour quelques-unes d'entre elles. Celles-ci sont citées devant le Tribunal pour outrages publics aux mœurs.

Elles avaient été recrutées suite à une annonce sur un site internet. Selon le responsable du site, il s'agissait de créer un camp naturiste dans la région de Florenville. Elles sont venues là, une première fois, lors du carnaval 2.009 de la localité. Une d'entre elles se serait déjà exhibée dans l'entrée d'une banque. Ensuite elles ont participé aux célèbres “ randonnues ” très médiatisées à l'époque. Mais pour les six femmes citées au Tribunal, les choses ont été plus loin. L'organisateur les a recrutées lors de ces randonnues et a réussi à les convaincre de venir faire des photos (très) osées, en pleine ville à Arlon. Sur le parvis des églises, devant le service technique provincial ou encore sur le perron de l'ancien palais de justice, place Léopold.

Toutes ont admis les faits. Certaines ont reconnu avoir été payées. Il est apparu que l'organisateur de tout cela promettait de l'argent aux plus pauvres. Tarif: 250€ la journée plus les frais de déplacement et le repas. Les prévenues ont tenté d'expliquer que l'organisateur de tout cela avait abusé de leur naïveté en leur prétendant que tout était légal.

Leurs avocats ont tous demandé la suspension du prononcé de la condamnation.

Pour la substitut du procureur du Roi, Mme Patricia Devaux, elles ne pouvaient pas imaginer que personne ne les verrait, en exhibant “ leurs parties intimes ”dans un endroit comme le perron de l'ancien palais de justice qui surplombe la place Léopold à Arlon. Elle réclama pour chacune trois mois de prison avec sursis. Quant à l'organisateur -qui n'a pas hésité à mettre les photos sur internet- Mme Devaux annonça qu'après avoir connu les honneurs de la presse, il connaîtra aussi bientôt les honneurs du Tribunal correctionnel.