Ce Kiwi est l’E.T. du Scrabble : il a tout gagné en… français !

Edition numérique des abonnés

Nigel Richards a raboté sa barbe depuis son passage en Belgique en 2015. Ce Néo-Zélandais habitant la Malaisie faisait à l’époque un tour à vélo, en Europe. Il s’était inscrit aux championnats du monde de Scrabble qui avaient lieu à Louvain-la-Neuve… car c’était sur son chemin.

Ne parlant pas le français, il avait terminé à la deuxième place du tournoi des élites, le « gotha » des joueurs de scrabble francophones qui s’affrontent en version duplicate. Cela veut dire que tous ont les mêmes lettres tirées par un juge arbitre. À chaque coup, ils placent le mot qui a rapporté le plus de points sur leur grille et ce, même s’ils ne l’avaient pas trouvé. Richards avait aussi remporté le championnat du monde classique, où on s’affronte en duel, en piochant les lettres dans le même sac. Toujours en français alors qu’il est incapable de prononcer une seule phrase dans cette langue ! Cet homme est en fait un… extraterrestre.

La semaine dernière, à Martigny (Suisse), le Kiwi a fait mieux en remportant trois titres et en ne perdant aucun point sur le maximum. Premier à l’élite, premier en paires avec un Français et premier à la formule blitz où on n’a qu’une petite minute (NdlR : dans les parties normales, c’est 2 minutes) pour trouver la meilleure solution et l’inscrire sur un petit papier ! Un exploit que personne, même pas un francophone, n’avait jamais réalisé.

65.000 mots en 9 semaines

Pourtant, des mots à étudier, il y en a. En 2015, il avait ingéré plus de 65.000 mots de l’« Officiel Du Scrabble » en… 9 semaines ! Son secret ? Il rédigeait des listes qu’il photographiait dans sa tête. L’homme est aussi surdoué en mathématiques. Cela aide pour trouver les meilleures solutions sur la grille et pour compter les points !

Pour digérer ces mots, ainsi que les verbes conjugués à tous les modes, il les repassait dans sa tête lors de ses innombrables sorties à vélo. Richards vit depuis l’année 2000 à Kuala Lumpur où un fan de Scrabble lui a proposé un job dans ses cordes. Il travaillerait pour une société de sécurité informatique dans les casinos.

Avant d’exceller en français, le Néo-Zélandais avait tout gagné dans sa langue, l’anglais. Son palmarès est monstrueux : il a été 3 fois champion du monde de Scrabble en anglais et 5 fois champion des USA. Il a gagné la King’s Cup en Thaïlande et l’Open de Singapour à 11 reprises. Sans oublier les 8 titres à l’Open du Royaume-Uni.

Et dire qu’il n’a commencé à jouer qu’à… 28 ans. Sa mère en avait marre d’être ridiculisée aux cartes. Elle lui a dit qu’il y avait un jeu où il n’avait aucune chance de la battre : le Scrabble. Quelques semaines plus tard, il remportait le titre de champion de Nouvelle-Zélande ! Pour y participer, il était monté sur son vélo et avait roulé 14 heures sous une pluie battante !

Pierre Nizet