Publié le Vendredi 18 Avril 2014 à

Régions > Mons > Actualité

Mons-Borinage: les pensions du personnel communal seront impossibles à gérer pour les communes

Rédaction en ligne

Les charges pour les communes en matière de coût des pensions ne vont cesser de croître dans les prochaines années. Des charges insoutenables pour les communes de Mons-Borinage. Selon les projections, Mons détiendra en 2018 le record de Wallonie avec 11,5 millions d’euros à payer !


Les pensions seront impossibles à gérer pour beaucoup de communes

Photo News

Les pensions seront impossibles à gérer pour beaucoup de communes

La ville de Mons détient donc le triste record de Wallonie avec 11,5 millions d’euros de pensions. Pour la ville, ce montant est considérable mais la commune se prépare. «  Depuis trois ans, la ville a déjà déboursé 3 millions pour faire face à ces cotisations (si l’on ajoute à l’administration la police et le CPAS)  », explique Nicolas Martin, bourgmestre f.f. de Mons.

Il avoue que ces grosses sommes rendent l’exercice budgétaire très complexe. mais plusieurs types d’économies sont faits. Le plan de la commune pour s’en sortir est d’augmenter le nombre d’habitants. «  Pour éviter tout recours à l’augmentation de la fiscalité, il faut augmenter le nombre d’habitants pour augmenter nos recettes fiscales sans augmenter le taux d’impôt. On a 2.000 à 3.000 projets de logements pour augmenter la population  », continue le bourgmestre f.f.

Mais si les charges devaient continuer à augmenter jusqu’à atteindre 11,5 millions, ce ne serait plus possible. «  On doit de plus en plus se serrer la ceinture et faire face mais ça aura ses limites. On essaie de ne pas toucher aux impôts, mais jusqu’où pourrons-nous tenir ? 11,5 millions, c’est un montant colossal. Ce sera extrêmement dur d’y parvenir. Si on a atteint les limites, on va certainement avoir un moment de concertation pour discuter avec les tutelles, tout en n’écartant pas le fait qu’on doit participer. Il faut être réaliste. Faire sa part d’effort dans l’assainissement des finances publiques, il faut le faire mais avec des limites », conclut-il.

Retrouvez plus de chiffres, des explications et d’autres réactions dans notre édition de ce vendredi 18 avril.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent