Publié le Mercredi 13 Novembre 2013 à

Régions > Luxembourg > Actualité

Jugés pour avoir été complices d'une évasion, en 2006, à Arlon

B.N.

Une tentative d’évasion avait eu lieu à Arlon en 2006. Les deux évadés avaient été aidés par trois complices, qui se retrouvent aujourd’hui devant le tribunal correctionnel.


Les détenus avaient pu s’évader grâce à trois complices.

N.LD

Les détenus avaient pu s’évader grâce à trois complices.

Le neuf mars 2006, une double évasion s’était produite à la prison d’Arlon. Les deux détenus qui s’étaient fait la malle avaient toutefois été rapidement rattrapés par la police, à quelques dizaines de mètres de l’établissement pénitentiaire arlonais, sur la place des Fusillés. Pour s’évader, les deux hommes avaient scié les barreaux de la fenêtre de leur cellule, avant d’utiliser une corde, qui leur avait été fournie de l’extérieur par un complice, alors en congé pénitentiaire. Sur la place des Fusillés, trois autres individus – deux hommes et une femme – les attendaient.

Ce mercredi matin, ce sont ces trois individus, originaires de la région de Mouscron, qui étaient cités devant le tribunal correctionnel d’Arlon. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que leurs explications peuvent surprendre. « Ce jour-là, on était parti pour aller chercher des cigarettes au Luxembourg », a ainsi confié la prévenue à la barre de la juge Renson-Salme. « Et c’est sur la route que j’ai appris ce que mon ex-compagnon avait l’intention de faire. Mais, sur le coup, je pensais que c’était des conneries, comme on plaisantait toujours un peu sur tout. Pour moi, les évasions, cela n’existait que dans les films. »

Une version des faits qu’a confirmée l’ex-compagnon, en y ajoutant quelques précisions sur ses motivations. « J’ai rencontré l’un des détenus lorsque j’étais en prison. Et à ma sortie, nous avons continué à nous écrire. C’est dans une de ses lettres qu’il m’a demandé d’être présent ce jour-là à telle heure et tel endroit », a développé ce Mouscronnois de 40 ans. « Je ne m’attendais vraiment pas à le voir débarquer. Et si j’ai fait le déplacement jusque Arlon, c’est simplement parce que je lui avais donné ma parole. »

Le troisième prévenu, pour sa part, a assuré avoir suivi le couple, depuis Mouscron, avec son propre véhicule, uniquement avec l’intention, d’acheter également des cigarettes sur le sol grand-ducal.

Du côté du ministère public, la substitute Patricia Devaux estime toutefois que les préventions retenues à l’encontre des trois prévenus doivent être reconnues comme établies par la juge. Jugement le 11 décembre.

Prolongez l’information dans La Meuse Luxembourg de ce jeudi ou via nos supports numériques.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent