Publié le Lundi 20 Août 2012 à

Régions > Namur

“ C'est difficile d'être homo à Namur ”

shanti duparque

Au Cercle Homosexuel Estudiantin de Namur (CHEN), les jeunes se retrouvent pour partager leurs expériences. Ici, beaucoup assument leur sexualité. Pourtant, ils sont souvent la cible de commentaires déplacés.
Pauline et Emeline. PHOTO: S.D.

Pauline et Emeline. PHOTO: S.D.

Depuis en mars, le groupe de Namur s’est associé au CHE (Cercle de l’université de Bruxelles) et au CHEL (Cercle Universitaire de Liège) pour former une fédération. “ Cela va permettre de renforcer notre visibilité auprès des institutions, des jeunes et de la société”, explique Pauline, présidente du CHEN. “ Car, même si nous sommes au XXIe siècle, les HOLEBI (homosexuels, lesbiennes et bisexuelles) ne sont pas toujours acceptés par la société. À Namur comme ailleurs. ”

Quand je me promène dans la rue avec ma compagne, on nous fait encore des remarques. Dernièrement, à Namur, un homme a crié: “ vous êtes dégueulasses ”, explique Emeline, âgée de 23 ans et Vice Présidente du CHEN, depuis un an. “ Ceci dit, j’assume ma sexualité même si je dois faire face à certaines réflexions. Mais je comprends que certains ne s’affichent pas. Quand on entend ce type d’injures... Il y a aussi eu les actes homophobes qui se sont déroulés à Liège, récemment ”.

En effet, beaucoup d’étudiants gardent encore secrètes leurs préférences sexuelles. D’ailleurs Pauline n’a pas encore annoncé sa bisexualité à sa famille.

Je ne l’ai pas encore dit à tout le monde. Mais grâce au cercle j’ai déjà pu avancer, mieux définir sur mon identité. L’année passée, je suis venue à trois réunions du cercle et je me suis rendue compte que même si j’aime les hommes et les femmes, je ne suis pas différente ”, confie Pauline, étudiante en ingénieur de gestion.

>Plus d’informations dans la meuse de ce lundi

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent