Publié le Mardi 3 Octobre 2017 à

Régions > Mons > Actualité

Tribunal correctionnel à Mons: Jérémy De Vos poursuivi pour le meurtre de son père à Colfontaine

Rédaction en ligne

Jérémy de Vos vient d’avoir 38 ans. Ce lundi, il répondait devant une chambre à trois juges du tribunal correctionnel de Mons, de parricide sur son père Charles. Il avait presque 63 ans. Le drame remonte au 4 janvier 2014. Un concours de mauvaises circonstances a voulu que cela demeure un ‘crime parfait’ jusqu’en octobre 2015. Jérémy est resté en prison jusqu’au 22 décembre 2016, date à laquelle il a été mis sous bracelet électronique.


La victime Charles Devos.

SP

La victime Charles Devos.

Ambiance particulièrement lourde, ce lundi devant le tribunal correctionnel. Face au président Jean-Marc Ruchard, la famille de Jérémy de Vos est séparée en deux camps sans doute divisés à jamais : ceux qui soutiennent Christine, sœur du prévenu, et André, frère jumeau de la victime. De l’autre côté, la mère et la grand-mère maternelle de Jérémy (et sa compagne, mère de ses trois enfants).

La thèse d’abord privilégiée par l’enquête est celle d’une mauvaise chute dans l’escalier menant du garage à la cave. Mais lorsque les proches de Charles De Vos le retrouvent, ‘bien’ allongé sur le dos, les pieds chaussés de simples mules, la présence de sang notamment sur une pelle, le trou béant au sommet de son crâne, tout cela alerte forcément les proches. Tandis qu’un trousseau de la victime, qui contenait notamment la clef d’un petit coffre, a disparu, de même que son portefeuille ! La famille en fait part aux policiers de la zone boraine, mais qu’à cela ne tienne : le drame est qualifié d’accident. Le corps est remis à la famille et inhumé. Jérémy pleure sur la dépouille… Tandis qu’il retrouve opportunément clef et portefeuille ! Même l’autopsie, pratiquée dix jours après la mort, n’y changera rien. Le médecin légiste décrit pourtant la face, nez, arcade sourcilière droite et front fracturés, et du sang dans l’estomac ! « Simple chute », conclut pourtant l’enquête.

« J’éprouve de profonds regrets ». Voilà les premières paroles de Jérémy de Vos, interrogé par le président Jean-Marc Ruchard. Pour le mobile, le prévenu campe sur ses positions. « Papa m’a tenu des propos blessants ce jour-là. Alors que je venais de lui dire que je quittais Sabrina, mère de mes enfants, pour une autre, il m’a dit que je remplaçais une pute par une autre. Il m’a demandé ce qu’allaient devenir mes handicapés d’enfants. J’ai eu une chaleur en moi, j’étais complètement ailleurs. Mais mon geste n’est pas consécutif à une question d’argent. Je travaillais : je n’en avais pas besoin. »

« Je n’ai pas volé »

Ce mobile, il le répète en toute fin du procès : « Je n’ai pas volé, ce jour-là chez mon père. Des pièces d’or dans son coffre ? Il n’a jamais eu ça. Les papiers ? Ils concernaient des dettes de la maîtresse de papa. Les clefs et le portefeuille ? N’importe qui aurait pu les retrouver dans la maison où les scellés n’ont été mis que le lendemain. »

Et envers et contre l’enquête de moralité, il insiste sur son dernier argument foireux : « J’ai subi des attouchements de mon père, un soir que j’ai dormi avec lui à 9 ans à cause d’un tremblement de terre. J’en avais parlé au docteur V. Qui n’a pas donné suite. » Écœurement dans la salle.

G. M.

(Lire la réaction de la famille dans notre édition digitale)

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent