Publié le Lundi 2 Octobre 2017 à

Sports > Cyclisme

Pris avec un moteur dans son vélo sur une course: «Je voulais juste retrouver des sensations...»

Rédaction en ligne

Le cycliste mis en cause dans un cas de fraude technologique, pour avoir équipé son vélo d’un moteur dans une course amateur en Dordogne (France), a expliqué lundi avoir recouru au subterfuge «non pour gagner», mais pour «retrouver des sensations», se relancer sans douleurs après une blessure.

«Je l’ai fait pour avoir moins de mal en fin de course», a expliqué le coureur de 43 ans, présenté comme «Cyril», dans une interview à France Bleu Périgord. «J’ai eu une hernie discale, j’ai fait trois mois sans vélo. J’ai essayé de reprendre la compétition mais en fins de course j’avais du mal, à cause d’une sciatique qui venait dans la jambe droite».

«J’ai fait cela pour avoir une aide, pour avoir moins mal en fins de course», plaide-t-il. «Je n’ai pas fait cela pour gagner toutes les courses, pour me faire de l’argent, c’est juste pour m’aider et retrouver des sensations»

«Je savais que si quelqu’un me voyait, s’en apercevait, je risquais d’être suspendu, mais bon, je suis en fin de carrière, j’ai 43 ans, je ne voulais plus faire de compétitions, et profiter de la vie avec ma femme et ma petite fille», a-t-il assuré.

«Je comprends que les coureurs contre qui j’ai couru m’en veuillent, c’est de la triche», concède-t-il. Mais «je n’ai pas vendu de drogue, je n’ai pas tué d’enfant... J’ai mis un moteur sur un vélo pour être plus à l’aise en course».

Il conclut que son cas «peut servir d’exemple», et que «peut-être grâce à ma connerie, des jeunes pourront gagner des courses», sans se faire battre par d’autres utilisant ce subterfuge. «Je vais servir d’exemple, mais je pense que ça va faire du bien au cyclisme car je ne suis pas le seul à le faire», affirme-t-il.

Le moteur avait été trouvé sur le vélo du coureur, première découverte en France d’une «fraude technologique» de ce genre, lors d’une course de troisième catégorie, quasiment le plus petit niveau amateur, à Saint-Michel-de-Double (Dordogne). Une course modeste, mais néanmoins homologuée FFC Fédération française de cyclisme.

Le coureur risque une longue suspension sportive, mais également d’éventuelles poursuites pénales.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent