Publié le Lundi 2 Octobre 2017 à

Actualité > Santé

Chelle voulait absolument des seins plus gros, mais elle a très vite regretté son choix… (Photos)

Rédaction en ligne

Comme de nombreuses jeunes femmes, Chelle Luke, une Australienne, était complexée par sa poitrine, qu’elle trouvait trop petite et asymétrique. Dès qu’elle a eu les moyens de le faire, elle a donc décidé de se faire opérer. Mais si elle avait su…

Chelle Luke n’a jamais été contente de sa poitrine. Elle la trouvait asymétrique, avec deux seins de formes différentes, sans parler de ses tétons… Lorsqu’elle a trouvé les moyens de débourser les 23.000 euros nécessaires, elle n’a donc pas hésité et a décidé de se faire opérer dans le but d’avoir une plus grosse poitrine : « Je voulais un bonnet qui corresponde à mon corps », a expliqué la jeune femme, qui avait alors 26 ans. « Dans ma tête, je voulais du C, mais le chirurgien m’a proposé DD. Selon lui, mon corps était parfait pour supporter ça ».

Après l’opération, Chelle s’est d’ailleurs montrée très emballée : « Ma poitrine était superbe, j’étais très heureuse. Mais je n’avais pas pensé aux conséquences de cette opération, et tout a changé lorsque je suis tombée enceinte ».

Car Chelle a très vite constaté que donner le sein à ses enfants allait être difficile : « Mes seins avaient encore grossi, et ils ont commencé à descendre et pendre. Ces implants de 450 grammes devenaient impossibles à supporter ». Et ce n’est malheureusement pas tout : sur Instagram, Chelle a expliqué qu’elle souffrait de contracture capsulaire : « Courir ou sauter était devenu impossible. Et lorsque mes enfants me sautaient dans mes bras, je devais leur demander de descendre, sinon j’avais trop mal ».

Finalement, 10 ans après son opération, Chelle a décidé de se faire enlever ses implants : « Je n’ai aucun regret. Je savais que cela ne faisait pas partie de mon corps, et ça me brisait le cœur de ne plus pouvoir jouer avec les enfants ».

Comme quoi, il faut toujours bien penser à tout avant une opération.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent