Publié le Jeudi 28 Septembre 2017 à

Régions > Verviers > Actualité

Meurtre à Verviers : le dossier Kabore sera examiné en novembre

Rédaction en ligne

La chambre criminelle du tribunal correctionnel de Verviers examinera le 16 novembre le dossier d’Assami Kabore, un Burkinabé de 34 ans, résidant à Verviers, poursuivi pour le meurtre de Nicole de Gallois, une Tchadienne de 43 ans, dont le corps sans vie avait été retrouvé au domicile du trentenaire le 12 janvier 2016.


Le dossier d’Assami Kabore sera examiné le 16 novembre

CD

Le dossier d’Assami Kabore sera examiné le 16 novembre

Le 12 janvier 2016, le corps de Nicole Gallois, une Tchadienne de 43 ans, avait été retrouvé dans une remise située dans la cour d’une maison à Ensival, domicile d’Assami Kabore, un Burkinabé de 34 ans.

Ce dernier avait été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Verviers pour le meurtre de Nicolas Gallois.

Ils avaient fait connaissance par l’entremise d’amis communs. La quadragénaire dormait souvent au domicile du prévenu. Celui-ci parlait « de solidarité africaine » pour décrire la relation qui les unissait. Assami Kabore, arrivé à Verviers quelques mois avant les faits, louait ce bien à l’ex-mari de la victime.

La chambre criminelle du tribunal correctionnel de Verviers examinera le 16 novembre. Elle a décidé, sur demande de la défense, assurée par Me Yves Wynants, ainsi que du parquet, d’entendre en qualité de témoin les experts légistes dont le rapport écrit a finalement été versé au dossier.

L’avocat souhaite obtenir des précisions sur la nature des coups et la manière dont ils ont été portés. Il désire également obtenir un éclairage sur la cause du décès puisque la défense conteste la prévention de meurtre, sollicitant une requalification des faits en coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

La chambre criminelle n’a, par contre, pas fait droit aux auditions des experts psychologue et psychiatre qui ont rencontré le prévenu au cours de l’instruction du dossier.

Versions divergentes

Le 12 janvier 2016, le prévenu avait porté plainte pour agression. Alors que son propriétaire était de passage dans l’habitation, il lui avait donné plusieurs versions de ladite agression alors qu’il était en train de nettoyer des taches de sang présentes dans le hall de l’appartement.

Des policiers s’étaient à leur tour présentés à l’adresse d’Assami Kabore afin de prendre sa déposition. Intrigués par la présence du sac de Nicole de Gallois alors que cette dernière venait d’être portée disparue, les policiers ont poursuivi leurs investigations au domicile du prévenu et ont découvert le corps sans vie de la victime dans une remise se trouvant à l’arrière du bâtiment.

Confronté à cette découverte, le prévenu a expliqué qu’il s’était violemment disputé avec la victime mais qu’il n’avait que répliqué aux coups reçus. Se rendant compte que la quadragénaire était inanimée, il a déplacé le corps dans la remise. Il reconnaît les coups mais nie l’intention d’homicide.

La chambre criminelle sera présidée par la juge Marie-Pierre Drisket, assistée de Mirelle Julémont et Nathalie Foidart. La substitute du Procureur du Roi Fleur Collienne représentera le parquet. Les frères et une nièce de la victime seront défendus par Me Jan Keulen et Michaël Collotta.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent