Publié le Dimanche 24 Septembre 2017 à

Sports > Cyclisme > Route

Le Belge Dylan Teuns: «J'ai fait ce que l'on m'a demandé»

Rédaction en ligne

Pour son premier championnat du monde, le jeune coureur belge ne retiendra que du positif de cette expérience, malgré un résultat quelque peu inférieur à ses ambitions.

Photo News

Finissant 73e de ces Mondiaux de cyclisme sur route à 2 :32 de Peter Sagan, ce dimanche à Bergen, Dylan Teuns, le coureur belge, revenait sur sa course. «  Je suis satisfait de ma performance même si je regrette que nous n’ayons pas obtenu un bon résultat. »

«  J’ai fait mon travail pour l’équipe. Je devais imposer un rythme très rapide à cinq tours de la fin, ce que j’ai essayé de faire le mieux possible. Le peloton s’est scindé en plusieurs groupes mais finalement, les dégâts n’ont pas été tellement importants. Le plan prévoyait que par la suite Tim Wellens, Tiesj Benoot et moi, dès que j’avais récupéré, attaquerions. Tim a accompli cette tâche et nous étions alors dans un fauteuil. Ensuite, j’ai amené Greg Van Avermaet vers l’avant tout en le protégeant du vent. À deux tours de la fin, j’avais accompli mon travail  », a révélé Teuns.

Finalement, personne n’est resté devant et la course s’est jouée au sprint. «  On a encore vu qu’au Mondial, ce sont bien les meilleurs coureurs de la planète qui sont les principaux protagonistes. C’est vraiment difficile, même dans une épreuve dure comme celle-ci, de se débarrasser de Matthews et de Sagan, désormais champion du monde à trois reprises, c’est une prestation incroyable  », a souligné le coureur de l’équipe BMC.

«  Quand à deux tours de la fin je me suis retrouvé entre la 60e et la 70e position, il roulait à ma hauteur. Si vous avez de bonnes jambes, vous pouvez vous permettre de le suivre. Encore une fois, il a prouvé qu’il était en mesure de faire le travail seul. Est-ce que je suis animé par une certaine déception ? Je ne sais pas comment sont les leaders dans leurs têtes, mais j’aurais naturellement préféré les voir gagner. J’ai fait ce qui m’a été demandé. En début de course, j’ai gardé Greg à l’abri du vent et je l’ai ramené après les pauses pipi. Je ne pouvais pas faire plus. »

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent