47

Univers > Foot > Foot belge > Division 1A > Standard

Erreur d'arbitrage à Saint-Trond - Standard? Décision dans un délai d'un mois

E.Px |

Publié le Vendredi 22 Septembre 2017 à

Suite à la décision du bureau d’arbitrage de considérer qu’il n’y avait pas eu d’erreur de l’homme en noir lors de Saint-Trond-Standard, le club principautaire a été en appel.

Ce vendredi, en présence de Luc Jenne représentant les Canaris, Pierre Locht, juriste des Liégeois, a défendu le dossier devant la Commission des litiges d’appel. La question est simple : où l’arbitre Alexandre Boucaut devait-il reprendre le jeu après avoir exclu Orlando Sa en ayant recours à la vidéo ? A l’endroit où Sa a commis son geste ayant provoqué son exclusion ou à celui d’un coup franc sifflé par l’arbitre pour une faute de Marin sur Boli juste avant d’aller voir la vidéo ?

Si Saint-Trond défend la thèse que la décision de Boucaut de reprendre le jeu à la faute de Sa était la bonne, le Standard défend une autre version en s’appuyant sur les clarifications, apportées par l’instance ayant rédigé les lois du jeu, suite à l’introduction de l’arbitrage vidéo. Dans ce document, il est stipulé que l’arbitre ne peut pas changer de décision quand le jeu a repris mais qu’il y a des exceptions. Notamment quand une faute provoque une carte rouge pour une conduite violente. Bref, le cas d’Orlando Sa coupable d’un geste volontaire. Dans ce cas, le jeu ne reprend pas à l’endroit ayant provoqué l’exclusion mais bien où la faute de Marin avait été sifflé. Ce qui n’a pas été le choix de Boucaut.

Après avoir entendu les deux parties, la Commission des litiges d’appel a décidé de se prononcer dans un délai d’un mois. Si le club principautaire obtient gain de cause, le dossier sera renvoyé à la Commission des litiges qui devra se prononcer sur le fait de savoir si cette erreur d’arbitrage a eu une incidence sur le match...