+

Univers > Foot > Foot international > Espagne

Liga: le Real Madrid s'incline à la... 94ème minute et signe un troisième match au Santiago Bernabéu sans gagner! (vidéos)

Jean DECOTTE |

Publié le Jeudi 21 Septembre 2017 à

Fin de série au Real Madrid! Muette malgré le retour de Cristiano Ronaldo, l’équipe merengue a chuté mercredi soir face au Betis Séville (0-1), perdant pied en Championnat d’Espagne et voyant s’achever sa série entamée en 2016: 73 matches officiels consécutifs avec un but inscrit.

Cette défaite lors de la 5e journée de Liga, premier revers de la saison pour le Real, fait désordre: l’équipe de Zinédine Zidane (7e, 8 pts) se retrouve désormais reléguée à sept longueurs du leader Barcelone (1er, 15 pts), auteur d’un sans-faute. Quant à l’Atletico Madrid (3e, 11 pts), vainqueur 2-1 à Bilbao, il a doublé son voisin.

Au stade Santiago-Bernabeu, le Real de «ZZ» n’a pas trouvé la faille pour la première fois depuis avril 2016, alors même qu’il retrouvait son attaquant-vedette Cristiano Ronaldo après cinq matches de suspension. Et le Betis, après avoir défendu avec acharnement, a réussi le hold-up parfait sur un but de Tony Sanabria (90e+4).

C’est un curieux sortilège qui s’est abattu sur le club merengue, auteur de 26 tirs mercredi sans parvenir à marquer.

«Ce soir, le ballon n’a pas voulu entrer», a pesté Zidane en conférence de presse. «Notre situation n’est pas délicate, mais elle n’est pas forcément top, puisqu’on perd sept points en très peu de journées. Mais justement, ça veut dire aussi qu’il reste beaucoup de journées de championnat et on ne va pas s’affoler.»

Ronaldo n’a pas brillé

Son équipe avait pourtant égalé dimanche l’incroyable série du Santos de Pelé: 73 matches officiels en marquant au moins un but (1961-1963). Mais mercredi, rien n’y a fait, et la série madrilène, inédite dans les grands championnats européens, s’est achevée...

Que se passe-t-il au stade Bernabeu pour que le Real ne parvienne pas à y imposer sa loi ? C’est le troisième faux pas en trois matches à domicile en Liga après les nuls contre Valence (2-2) et Levante (1-1).

Mercredi encore, le Real a eu beaucoup de mal à développer son jeu face au Betis, qui a contraint Dani Carvajal à un sauvetage sur sa ligne (3e) et le gardien Keylor Navas à une claquette (34e).

Les Madrilènes ont manqué de précision dans le dernier geste, une lacune un peu trop récurrente, accentuée en fin de match par la nervosité.

Cristiano Ronaldo aurait dû être à la finition, mais le Portugais n’a pas brillé pour son retour en Liga.

Il a certes amené le danger sur une talonnade déviée in extremis en corner (10e), mais il a beaucoup gâché, expédiant notamment dans les nuages une offrande de Gareth Bale (51e)...

Et le même Bale a vu sa talonnade acrobatique repoussée par le gardien sur le poteau (75e), symbole d’une fin de match frustrante où le Real a tout tenté avant d’être crucifié par Sanabria.

L’Atletico monte en puissance

Bref, «CR7» reste très loin du début de saison tonitruant de son rival barcelonais Lionel Messi, déjà auteur de 9 buts en Liga, dont un quadruplé mardi contre Eibar (6-1)... Et c’est tout le Real qui va devoir ramer pour rattraper le Barça au classement.

L’Atletico, lui, monte en puissance, grâce à son attaquant Antoine Griezmann, de plus en plus en jambes.

Auteur samedi contre Malaga (1-0) du premier but de l’histoire du nouveau stade de l’Atletico, «Grizi» a brillé par ses passes à Bilbao.

Le Français a bien servi dans l’espace Koke, passeur pour Angel Correa (55e). Puis Griezmann a été directement passeur décisif sur le deuxième but, signant une jolie louche pour le Belge Yannick Carrasco (73e).

«Sa passe à Carrasco est un délice», a savouré son entraîneur Diego Simeone. «C’est son meilleur match depuis le début de la saison. C’est un joueur différent, il nous tire vers le haut.»

Raul Garcia a réduit le score dans le temps additionnel (90e+2), alors que son équipier Aritz Aduriz avait vu son penalty détourné par le gardien slovène Jan Oblak (41e). L’autre grand artisan du succès «colchonero».