Publié le Jeudi 21 Septembre 2017 à

Régions > Liège > Actualité

Il arrache le nez de sa compagne et s'en sort à cause d'une erreur: «Faut-il qu'il défigure quelqu'un d'autre pour que la justice soit rendue?»

Rédaction en ligne

En octobre 2016, un Serésien écopait de 175 heures de travail pour avoir arraché le nez de sa compagne. Jugeant la condamnation trop clémente, le parquet avait interjeté appel. Mais une erreur a été commise. Résultat : l’agresseur de la jeune femme conserve sa condamnation prononcée en première instance, alors que les faits ont été requalifiés de plus graves, exposant donc le Serésien à une peine plus lourde.

Le 8 juin 2014, Cédric (33 ans) était sous l’influence de l’alcool lorsqu’il se dispute avec Laetitia, à Herstal. Le couple revient d’un anniversaire et la fête tourne court…

Au cours de l’altercation, Cédric lui mord le nez et l’arrache jusqu’au cartilage (ATTENTION : les photos peuvent choquer). L’appendice ne sera jamais retrouvé… Il a probablement été ingéré par les chiens de Laetitia, ou par l’agresseur lui-même. En octobre 2016, le tribunal correctionnel de Liège condamnait le trentenaire à 175 heures de travail d’intérêt général. Le ministère public avait pourtant réclamé un emprisonnement de 18 mois et s’opposait à toute mesure en raison de la bestialité de la scène. Mais le réquisitoire n’avait pas été suivi.

Aujourd’hui, alors que le parquet avait fait appel parce que la condamnation avait été estimée trop clémente, une erreur vient à nouveau « sauver » l’agresseur…

> Toutes les explications et le témoignage de Laetitia dans notre édition digitale.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent