50

Univers > Foot > Foot belge > Division 1A > Standard

Eupen – Standard à 20h: malheur aux vaincus…

Didier Schyns (avec Olivier Delfino) |

Publié le Dimanche 17 Septembre 2017 à

En visite ce dimanche à Eupen, le Standard voudra confirmer le regain de mentalité affiché lors du choc wallon face à Charleroi. Avec l’efficacité offensive en plus…

Eupen – Standard, ce dimanche soir dans un stade du Kehrweg qu’on annonce plutôt bien rempli, s’apparente à une opposition entre deux clubs que beaucoup de choses, actuellement, rapprochent, outre bien sûr la proximité géographique (54 kilomètres) entre les deux enceintes : une place dans la deuxième moitié de tableau et un record mathématique négatif, étant entendu qu’à l’aube de la 7 e  journée de la Jupiler Pro League, l’équipe la plus perméable (19 buts reçus pour Eupen) défiera la formation la moins prolifique (3 buts inscrits pour le Standard).

« Je ne suis pas inquiet outre mesure », explique Ricardo Sa Pinto, qui attend depuis 43 jours et 387 minutes de jeu que son équipe trouve à nouveau le chemin des filets adverses. « Parce qu’on se crée de belles opportunités, qu’on ne concrétise pas par manque de chance ou de justesse. Ou alors, on tombe sur un gardien en grande forme, comme cela a été le cas face à Charleroi. Mais cela va venir… » Jordi Condom, l’entraîneur de l’AS Eupen, opine du bonnet : « Effectivement, cela va venir avec le temps. Le Standard a suffisamment de qualités, individuellement et collectivement, pour en faire plus en matière de buts inscrits ».

Question d’équilibre

Et si Ricardo Sa Pinto se montre résolument optimiste, ce n’est pas seulement parce qu’Eupen, en manque cruel d’esprit collectif et de révolte, carbure à une moyenne de plus de trois buts encaissés par match depuis l’ouverture de la compétition. « Un match n’est pas l’autre », tempère le technicien portugais. « On sait comment on peut faire mal à l’adversaire, mais il faudra faire attention. Eupen est une équipe dangereuse à domicile, qui a déjà évolué dans plusieurs systèmes de jeu et qui cherche peut-être toujours celui dont elle a besoin. C’est le début de saison pour tout le monde ».

Si son équipe est partie sur des bases plus élevées encore la saison dernière, où Hendrik Van Crombrugge s’était retourné à 64 reprises en 30 matches de phase classique (seul Westerlo, le descendant, avait fait pire avec 65 buts reçus), Jordi Condom ne paraît pas plus désemparé que ça. « On ne trouve pas l’équilibre », précise l’Espagnol, ajoutant qu’il ne comptait pas apporter de changement à sa ligne défensive par rapport à la débâcle enregistrée à Waasland-Beveren (5-1). « Si on a pris 19 buts, c’est du ressort de toute l’équipe. Cette fois, la défense, ça devra être toute l’équipe et l’attaque la même chose. Tout le monde va faire le pressing. L’idée, c’est cela : le travail, ce n’est pas un seul joueur qui doit le faire. »

« Une victoire »

Mais cela suffira-t-il à replonger le Standard, qui a affiché un regain de mentalité dans le choc wallon face à Charleroi, dans ses doutes ? Sa Pinto ne veut pas y songer un seul instant. « Je suis content de ce que j’ai vu dimanche dernier en termes d’engagement et d’état d’esprit », dit-il. « Et je suis content aussi de la qualité du travail effectué cette semaine aux entraînements, de la volonté et de la concentration affichées toute la semaine. Tout ce qu’il nous manque, c’est une victoire. Le football n’a pas d’espace pour le romantisme (sic). On doit prendre des points et rien d’autre. On sait ce qu’on doit encore améliorer, à savoir l’efficacité devant le but adverse, mais la route est tracée. Il ne faudra plus en dévier… »