+

Univers > Foot > Foot international > Allemagne

Bayern Munich: le vestiaire en ébullition, Ancelotti sous pression

Rédaction en ligne |

Publié le Vendredi 15 Septembre 2017 à

Photo News

Après un mois de compétition, les Bavarois ne semblent pas dans une situation idéale. Entre résultats mitigés et ambiance électrique, le vestiaire munichoise ne vit actuellement pas ses plus belles heures.

La Fête de la bière approche à Munich mais la pression n’est pas que dans les chopes ! La situation est même explosive au Bayern, entre coups de gueules des stars et résultats en dents de scie, à la veille de recevoir le modeste Mayence pour la 4e journée de Bundesliga.

Sportivement, après un mois de compétition, le champion en titre n’est pas au niveau de ses ambitions, sixième seulement du championnat (à un point du leader Dortmund) après une défaite 2-0 à Hoffenheim le week-end dernier.

Et en Ligue des Champions, le 3-0 mardi contre un faible Anderlecht réduit à dix dès le début du match n’a pas fait illusion : miné par ses querelles internes, le «  Rekordmeister  » a égaré son âme et sa puissance de feu.

Ennuyeux, au moment d’aborder un tunnel de cinq matches en 16 jours, dont le déplacement à Paris contre le PSG en Ligue des champions le 27 septembre.

Le coup de sang de Ribéry

Si certaines « crises » sont larvées, celle du Bayern a le mérite d’être bien visible.

En quelques jours, le buteur vedette Robert Lewandowski a attaqué ses dirigeants dans la presse sur leur politique de recrutement, Thomas Müller a reproché à son entraîneur Carlo Ancelotti de ne pas voir ses qualités, Arjen Robben a incendié ses coéquipiers après le match de Ligue des champions mardi contre Anderlecht (3-0), et Franck Ribéry a jeté son maillot de rage après son remplacement, avant de s’en prendre verbalement au directeur sportif Hasan Salihamidzic !

Devant ce spectacle, le grand patron du club Karl-Heinz Rummenigge a tapé du poing sur la table lundi : «  Dorénavant, ceux qui critiquent publiquement l’entraîneur, le club ou les autres joueurs vont avoir affaire à moi personnellement  ». Ambiance.

Kicker, la Bible du football allemand, avance une explication à cette poussée de fièvre : Ancelotti, l’entraîneur italien arrivé la saison dernière, est en train de perdre le contrôle du vestiaire, naguère régulé par le capitaine Philipp Lahm et « l’ancien » Xabi Alonso, tous deux partis à la retraite.

Quant à Müller, figure emblématique du club, Ancelotti l’a en quelque sorte décrédibilisé comme régulateur de tension, en ne lui faisant pas confiance sur le terrain. « Le cas Müller », idole nationale en disgrâce, est d’ailleurs du point de vue des supporters et des commentateurs allemands une véritable crise dans la crise.

L’incident Ribéry, estime Kicker, est particulièrement révélateur. «  Ribéry est très estimé des joueurs, du public et des dirigeants  », note le journal. « Son coup de sang démontre une chose : Ancelotti, débarqué à Munich avec la réputation de savoir séduire les joueurs, est arrivé à un point où il risque de perdre le contrôle de l’équipe. Et s’il perd le contrôle de l’équipe, les conséquences risquent d’être bien plus graves que la perte de quelques points  ».