Publié le Vendredi 1 Septembre 2017 à

Sports > Basket > Coupes d'Europe

Euro 2017: la Belgique débute son tournoi par une victoire face à la Grande-Bretagne (103-90)

De notre envoyé spécial en Turquie, Stéphane Druart.

Malmenés durant une petite demi-heure par la Grande-Bretagne, les Lions ont tenu la distance grâce à leur réussite offensive avant d’émerger aisément en retrouvant leur identité défensive. Ils tiennent leur première victoire, essentielle avant d’enchaîner dès ce samedi face à la Lettonie du géant Porzingis.

BELGA

Rentrer dans une compétition comme l’Euro n’est jamais chose aisée. D’ailleurs, les Belges avaient perdu leur premier match lors des trois précédents. Mais ce match face à la Grande-Bretagne, l’adversaire a priori le plus faible du groupe, devait être remporté. Ce qui ajoutait de la pression. Comme l’écho d’une salle aussi déserte que redouté pour un match entre deux équipes sans supporters joué à 14h15 locale. Ce contexte explique sans doute l’entrée en matière poussive des Belges, en grandes difficultés pendant 28 minutes (64-67) avant d’affirmer leur supériorité intrinsèque. Ce succès essentiel acquis, les Belges vont pouvoir respirer et envisager sereinement la suite du tournoi, dès ce samedi (même heure) face à la Lettonie du géant NBA Porzingis : une toute autre paire de manches !

D’entrée crispés et lents en attaque, les Belges n’affichaient pas non plus leur hargne défensive habituelle. Ce qui incita les Anglais, une sélection sans star elle aussi, mais pas sans talent ni qualité athlétique, à prendre confiance… Le mal était fait : les Belges ne parviendront jamais à endiguer leur supériorité physique dans le jeu intérieur avant la pause. Procédant par des passes tranchantes sous l’anneau, les Anglais rallièrent la mi-temps avec 79% de réussite à 2 points, reflet du manque d’intensité mais aussi de l’impuissance des Belges, plus petits et régulièrement dépassés sur les duels, à s’y opposer. Heureusement, méconnaissables, les Lions l’étaient également en attaque : alors qu’ils peinent souvent à enflammer la marque, eux avaient rentré 9 tirs à 3 points sur 22, tout en exploitant leurs incursions de 13 lancers transformés sur 15, un secteur où ils sont parfois timides.

Tout n’était donc pas négatif. D’ailleurs, les Lions menaient à la pause : 54-53 ! Mais on ne les reconnaissait pas en défense, Lecomte était déjà crédité de 3 fautes et Tabu, qu’il avait trop vite dû relayer pour le préserver, de 2, ce qui avait permis à leur « troisième » meneur, Van Rossom, de confirmer qu’il a retrouvé confiance et rythme. Mais alors qu’on crut à plusieurs reprises que la révolte était enclenchée, via Gillet et surtout Mwema, contrastant avec un Salumu transparent, la Belgique restait à la merci d’une brutale perte de réussite… C’est exactement ce qui se produisit à la reprise : quasi 3 minutes de mutisme, à distance en particulier (0 sur 6), qui emmenèrent la Grande-Bretagne à 54-59.

Cette fois, il y avait urgence à hausser le niveau. Mais l’option d’aligner Van Rossom et Tabu de front, tout en relançant Tumba en point de fixation, n’apportait aucune éclaircie. Hervelle, provoqué après

une lutte au rebond, écopa d’une faute technique qui trahissait, au-delà du durcissement des débats, la frustration grandissante des Lions : 55-61… Lorsque Gillet et Van Rossom les relancèrent subitement ! Le meneur gantois, longtemps incertain après deux opérations du genou, était d’autant plus essentiel que Tabu, l’autre moteur, sortit pour 4 fautes. Sous son impulsion, les Belges retrouvèrent enfin leur identité, faite d’agressivité et de solidarité défensives, les Anglais calant à 64-67 tandis que les Belges, plus fluides et rapides, s’échappaient à 73-67, leur avance maximale, pour conclure ce 3e acte.

Ils tenaient le bon bout. Ils avaient trouvé la confiance. Restait à s’échapper résolument pour éviter une fin de match stressante. De Zeeuw et Gillet, témoins d’une rencontre disputée quasiment sans pivot, s’y appliquèrent, tandis que Salumu s’était éveillé, fixant l’écart maximal à 90-74… Les Belges dominaient enfin et ils gérèrent le dernier acte avec maturité.

Belgique - Grande-Bretagne : 103-90

Belgique : 14 sur 38 à 3 pts ; 16 sur 29 à 2 pts ; 29 lf sur 37 ; 47 rbs ; 19 ass ; 24 fautes – Lecomte, Van Rossom (11-8), HERVELLE (3-0), MWEMA (5-0), TABU (9-9), Serron (6-0), SALUMU (0-10), GILLET (9-8), De Zeeuw (7-14), TUMBA (4-0).

Grande-Bretagne : 5 sur 20 à 3 pts ; 29 sur 47 à 2 pts ; 17 lf sur 26 ; 33 rbs ; 19 ass ; 30 fautes (Lawrence, Okereafor et Nelson élimins) – Johnson, Mockford (0-5), Lawrence (8-1), OKEREAFOR (5-1), CLARK (10-10), MURRAY (2-2), Nelson (6-5), Achara (10-4), OLASENI (12-9).

Quarts : 24-26, 30-27, 19-14, 30-23.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent