Publié le Vendredi 25 Août 2017 à

Régions > Centre > Actualité

Ma robe de mariée en 2e main, «dévalisée» lorsde sa dernière «brocante de mariage» à Thuin

Rédaction en ligne

Encore tabou il y a quatre ans, le phénomène prend aujourd’hui de l’ampleur : acheter sa déco, voire sa robe de mariage en seconde main, c’est tendance. Fin août, c’est le bon moment. Le gros de la saison des mariages est passé. Et pas mal de jeunes époux songent à renflouer les caisses du ménage en vendant matériel et tenues maritales.


Le mariage se décoince. Julie Gabriels (en b. à d.) a organisé celui-là à Amsterdam.

Vision Photography

Le mariage se décoince. Julie Gabriels (en b. à d.) a organisé celui-là à Amsterdam.

La Binchoise Julie Gabriels, aujourd’hui domiciliée à Renlies, a capté très tôt ce mouvement. Normal pour cette spécialiste dans l’organisation de mariages personnalisés.

> L’enseignante a créé sa propre société.

> Les témoignages des différents adeptes de ce mouvement.

> Découvrez tous les détails de ce nouveau mouvement qui ne cesse d’acquérir de nouveaux partisans.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent