77

Univers > Foot > Foot belge > Division 1A > Charleroi

Felice Mazzù fataliste après le nul des Zèbres à Gand (1-1): «On n'est que le petit Charleroi»

Manu Salvé (avec Ma.St.) |

Publié le Dimanche 14 Mai 2017 à


© News

© News

Louant l’héroïsme de ses hommes suite au point conquis de haute lutte, Felice Mazzù préférait ne pas trop en dire sur les décisions de M. Visser ce dimanche après le partage de Charleroi sur le terrain de La Gantoise (1-1)

Suite à la défaite d’Ostende encourue la veille à Zulte Waregem, la quatrième place, synonyme de participation au barrage européen contre le vainqueur des Playoffs 2 en une rencontre « sèche » au Mambourg le mercredi 31 mai, faisait de l’œil aux Zèbres ce dimanche après-midi. Mais un fait de match vint faire voler en éclats tous les beaux plans de Mazzù : en retard, Tainmont y allait d’une « semelle » sur son pote Perbet et se voyait montrer la carte rouge par M. Visser, qui n’avait, un peu avant cette phase, pas sanctionné du tout un « pied en avant » de Milicevic sur Saglik.

« Je ne veux pas polémiquer mais je me demande si la carte rouge était méritée car je n’ai pas vu une intention de faire faute de la part de Tainmont, qui n’est pas un joueur méchant », expliquait Felice Mazzù après le match non sans avoir loué à bon droit l’héroïsme de ses hommes pour décrocher un point qualifié de mérité et de positif vu le contexte.

« Nous ne sommes que le petit Charleroi »

Alors que le Sporting avait ensuite pris la main via un coup franc lointain de Saglik débouchant sur un vilain rebond ayant eu raison du gardien gantois, c’est grâce à une faute de main de Marcq dans son grand rectangle que Kubo a pu égaliser sur penalty avant le repos. Une question d’un confrère à ce double sujet eut le don d’irriter quelque peu l’entraîneur carolo : « Bon, si je comprends bien la faute de main vaut un penalty mais notre but n’aurait pas dû être accordé (NDLR : position de hors-jeu de Marcq, non sifflée car il n’influençait pas le jeu). Allez, d’accord puisque, après tout, nous ne sommes que le petit Charleroi… »

Quoi qu’il en soit, après ce joli partage conquis avec rage et courage, tout reste ouvert pour cette fameuse quête européenne des Carolos. « À la théorie, j’avais demandé à mes joueurs s’ils voulaient partir en vacances plus tôt parce que je n’étais pas content de l’entraînement de vendredi. Ils m’ont répondu sur le terrain », se félicitait un Felice Mazzù ne cachant pas sa fierté avant de reprendre le car pour Charleroi ce dimanche.