Publié le Lundi 20 Mars 2017 à

Actualité > Belgique

Fusion des TEC: ce n'est plus qu'un objectif à long terme pour le ministre Carlo Di Antonio

Belga

Le gouvernement wallon se penchera jeudi sur la rationalisation du groupe TEC et l’éventuelle réduction du nombre d’administrateurs de 82 à une quinzaine, a confirmé lundi le ministre wallon des Transports Carlo Di Antonio. Une fusion des cinq TEC et de la SRWT n’apparaît en revanche à ses yeux plus que comme une perspective à bien plus long terme.

BELGA

Le consultant EY a présenté la semaine dernière au conseil d’administration de la Société régionale wallonne du Transport (SRWT) les résultats intermédiaires de son étude commandée par le gouvernement sur la rationalisation du groupe de transport en commun. Le gouvernement lui avait demandé d’approfondir deux options, celle d’un scénario «au fil de l’eau» (maintien des sociétés telles qu’elles sont avec synergies approfondies) et celle d’une fusion-intégration dans une société unique.

Selon le ministre, EY fait valoir que la société unique serait sans doute la plus efficace, mais que cette option est aussi la plus difficile à mettre en œuvre, en termes de localisation, changements de services, répartition de la flotte, etc. Cette option doit donc constituer un objectif à long terme à ses yeux.

Le ministre cdH doit aussi tenir compte des réticences de son partenaire socialiste pour ce scénario de fusion, auquel il préfère les synergies internes. Il doit aussi tenir compte du fait que le CA de la SRWT - toutes couleurs politiques - est unanime pour préférer le scénario «au fil de l’eau» et juge prématuré la fusion en une seule société.

«Ce n’est pas mon avis, il faut quand même aller vers une société unique, mais il faudra prendre le temps de le faire», a commenté le ministre, se disant par ailleurs soucieux de maintenir l’ancrage local. Il note dans le même temps que De Lijn juge désormais être allée trop loin sur certains aspects de la rationalisation.

Réduire le nombre d’administrateurs est en revanche une mesure qui peut être prise rapidement, note-t-il, en insistant aussi sur la septantaine d’autres mesures contenues dans l’étude EY. Le gouvernement wallon en débattra jeudi. Le chef de groupe MR Pierre-Yves Jeholet, de son côté, a redéposé sa proposition de rationalisation du groupe TEC. L’étude EY et le débat reviendront sous peu au parlement wallon.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent