Publié le Mercredi 15 Mars 2017 à

Sports > Cyclisme > Route

Tom Boonen va disputer son dernier Milan-Sanremo: "Je ne pense pas déjà à ma retraite"

Eric Clovio, à San Benedetto del Tronto

Il espère que sa 13e et ultime participation à Milan-Sanremo, samedi, lui portera chance, ou du moins que le scénario de la Primavera sourira à un équipier de la Quick Step, Fernando Gaviria surtout. Tom Boonen a bouclé sa préparation sur Tirreno-Adriatico et fera bientôt ses adieux aux tifosi.


«
Je suis fatigué, les jambes sont un peu lourdes, ce qui signifie que nous avons pu travailler dans d’excellentes conditions
», sourit Boonen à l’issue de Tirreno-Adriatico.

Photo News/Bettini Photo/Luca Bettini

« Je suis fatigué, les jambes sont un peu lourdes, ce qui signifie que nous avons pu travailler dans d’excellentes conditions », sourit Boonen à l’issue de Tirreno-Adriatico.

Au fil des 193 centimètres qu’il déplie avec élégance, on perçoit une impressionnante maigreur. Visage hâlé et émacié, Tom Boonen (36 ans) entame les quatre dernières semaines de sa carrière avec la rigueur et la motivation qui ont prévalu depuis ses premiers tours de roues chez les pros, en 2002. Ce mardi, sous le soleil de la riviera adriatique, le Campinois a disputé son tout dernier contre-la-montre, dix bornes planes comme la main pour refermer Tirreno-Adriatico, parfaire une condition qui doit lui permettre de jouer un rôle de premier plan samedi, entre Milan et Sanremo.

« J’espère apparaître au sommet du Poggio parmi les quinze meilleurs, là où tout le monde veut être, c’est ça le problème (il rit) », confie l’Anversois. « Si c’est le cas, je pourrai alors peut-être aider Fernando Gaviria, dont la forme grandit de jour en jour (NDLR : le Colombien a remporté le sprint de Civitanova Marche lundi, face à Peter Sagan). Il a le talent et le fond nécessaires pour assumer ses responsabilités. »

Et même s’il s’agit de sa dernière course, « Tommeke » reste lucide : « J’en suis évidemment conscient mais je n’y pense pas. J’ai été fort occupé depuis le début de saison, à San Luis, à Oman, en Italie, chez nous aussi. On parle un peu plus de Paris-Roubaix (9 avril), parce que c’est ma classique de référence et que ce sera, alors, la der des ders. ».

> Notre entretien complet avec Tom Boonen sur son Tirreno-Adriatico, ses ambitions à Milan-Sanremo et son avis sur Peter Sagan, est à lire dans notre nouvelle édition digitale (à lire gratuitement durant un mois).

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent