Publié le Mardi 7 Mars 2017 à

Sports > Athlétisme

Ria Van Landeghem a été exclue à tort des JO de Séoul… en 1988: le COIB présente ses excuses

Belga

Le Comité Olympique et Interfédéral belge (COIB), a présenté, mardi, ses excuses à Ria Van Landeghem pour l’avoir rayée des listes de sélections pendant deux ans à l’issue de son exclusion des jeux Olympiques de Séoul en 1988. La marathonienne avait été privée de l’épreuve olympique en raison d’un contrôle positif.


Illustration.

Photo News/Reuters/Toru Hanai

Illustration.

Ria Van Landeghem, aujourd’hui 57 ans, a toujours contesté ce résultat et avait obtenu gain de cause en décembre 1988 devant la Commission d’appel de la Ligue flamande d’athlétisme (VAL) en raison de vices de procédure, à savoir la violation des droits de la défense. Au printemps 1989, cet acquittement avait été confirmé par l’IAAF, la fédération internationale d’athlétisme, a rappelé le COIB dans un communiqué mardi.

« Malgré l’acquittement, le COIB a rayé Ria Van Landeghem pendant deux ans des listes de sélections, et ce, malgré sa place dans le top 10 mondial. Cette suspension doit être considérée comme non justifiée, vu l’acquittement par la Ligue flamande d’athlétisme et l’IAAF. Le COIB souhaite présenter ses excuses à Ria Van Landeghem à cet égard », indique l’instance olympique belge qui rappelle que l’athlète avait également toujours clamé son innocence sur le fond.

Aussi bien Ria Van Landeghem que le COIB ont soumis le dossier, chacun de leur côté, à une série d’experts renommés, dont le Professeur Van Eenoo pour le COIB. Sur la base du dossier disponible et des connaissances scientifiques actuelles, ils arrivent à la conclusion que l’acquittement de Ria Van Landeghem par la Ligue flamande n’était pas uniquement fondé en raison de vices de procédure, mais que les échantillons n’auraient jamais dû être déclarés positifs par le laboratoire antidopage de Séoul, car l’analyse, selon les experts, ne satisfaisait pas à un certain nombre de garanties minimales de qualité appliquées alors, en 1988, dans les laboratoires antidopage.

« Pour les raisons évoquées ci-avant, le COIB confirme que Ria Van Landeghem n’aurait pas dû être exclue des Jeux Olympiques de Séoul en 1988 », conclut le COIB. « C’est le résultat des rapports des experts », a confirmé Luc Rampaert, le porte-parole du COIB à l’Agence Belga. « Elle était revenue vers nous et chacun avait fait appel à des spécialistes qui sont arrivés à la conclusion qu’elle n’aurait jamais dû être déclarée positive. À l’époque cependant, elle le fut suivant les standards de l’époque. Il était difficile pour nous d’agir autrement ».

Venue en droite ligne des États-Unis, la meilleure marathonienne belge du moment fut soumise à un contrôle antidopage préventif à son arrivée à Séoul en 1988 à la veille des JO. Le verdict était positif, avec comme conséquence un renvoi immédiat du Village olympique et une suspension de deux ans dans le cadre olympique, infligée par le COIB.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent