Publié le Lundi 13 Février 2017 à

Sports > Omnisports > Judo

Toma Nikiforov, disqualifié au Grand Chelem de judo de Paris, s'énerve: "Sans faire attention, on devient des pédés"

Christian Raspiller

La grimace s’est transformée en cri de rage, quelques larmes perlant logiquement au coin de ses yeux. L’aventure de Toma Nikiforov dans le tournoi des + 100 kilos, hier, au Grand Chelem de Paris, n’aura duré que… 3’27. Piégé par une disqualification alors qu’il menait très largement de deux waza-ari devant le Russe Denisov.

Abasourdi, Toma a eu du mal à digérer la sentence.

FERREIRA (FFBJ)

Abasourdi, Toma a eu du mal à digérer la sentence.

Depuis vendredi et le tirage au sort peu clément, le Schaerbeekois (26 ans, 16 e  mondial) s’était construit une montagne d’arguments pour défier le Russe Kirill Denisov (IJF 21, récent vainqueur du Grand Chelem de Tokyo (Japon) en décembre, du G.P. de Quingdao (Chine) en novembre et médaille d’argent au Mondial 2015). Tout cela aura été balayé en quelques secondes. Un combat pourtant à sens unique, où Toma était largement le patron de l’aire de combat en inscrivant deux waza-ari.

Mais sur une attaque, Toma allait s’aider du coude pour emmener le Russe au sol et qui se roulait de douleur sur le tapis : «  Des attaques comme j’en ai fait une dizaine dans ce combat, sauf qu’il a commencé à hurler et pleurer.  » Intervention de la vidéo, des secondes interminables et la juge-arbitre qui, avec l’aide de la table des arbitres, disqualifie notre Toma, complètement abasourdi qui mettra de longues minutes à digérer le verdict sans appel possible. «  O.K., c’est une règle qui existait déjà avant mais ici, j’ai la nette impression que l’on teste surtout ce nouveau règlement sur les petits pays. Sans faire attention, on devient des ‘pédés’. On parle d’un sport de combat pratiquement par des athlètes entraînés et musclés de la tête aux orteils. Pas de la danse en tutu. La prochaine fois, on n’a qu’à mettre un kimono rose. Si le Russe ne crie pas, il ne se passe rien.  »

> Les déclarations complètes de Nikiforov dans nos nouvelles éditions digitales du groupe Sudpresse, disponibles gratuitement pour un mois.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent