2

Univers > Foot > Foot international

Guillaume Gillet carbure au super à Nantes: "Il n'y a qu'en Belgique qu'on m'a un jour pris pour un méchant"

Martin Grimberghs |

Publié le Mercredi 30 Novembre 2016 à


Guillaume Gillet prend la pose. ©DR

Guillaume Gillet prend la pose. ©DR

Empêtré dans le fond de classement en Ligue 1 avec Nantes, Guillaume Gillet reste, à titre personnel, sur une année pleine dans l’hexagone. Inamovible titulaire sous Michel Der Zakarian puis René Girard, l’ancien Anderlechtois débarqué en janvier dernier dans la cité des Ducs est très vite devenu une valeur sûre d’une Ligue 1. Comme il nous l’a avoué, il ne veut pourtant se refuser aucune porte de sortie et aspire à vivre encore d’autres belles aventures.

Trente-trois rencontres consécutives, 2970 minutes de temps de jeu accumulé, pas une seule suspension ni la moindre blessure, statistiquement et à titre individuel, l’année 2016 de Guillaume Gillet ne souffre d’aucune contestation. Une omniprésence qui rappelle son premier passage en Ligue 1 lors de la saison 2014-2015 disputée avec Bastia. «  En effet, j’étais venu ici pour jouer et continuer sur ma lancée de ma saison pleine à Bastia où j’avais fini avec le temps de jeu le plus élevé de Ligue 1 pour un joueur de champs, avec 37 titularisations en 38 rencontres ce qui m’avait valu une belle petite réputation. De par mon âge, mon expérience et ma connaissance du haut niveau, je suis en train de rééditer cette performance ici à Nantes.  »

Élu meilleur joueur de Ligue 1 du mois de février 2016 quelques semaines seulement après son arrivée, plébiscité par les supporters en mai dernier comme meilleur joueur de la saison après n’avoir pris part qu’à sa seconde partie, l’ancien back droit polyvalent d’Anderlecht est, en moins d’un an, devenu le patron de l’entrejeu du FC Nantes. «  Tout le monde le sait maintenant, cela reste un must pour moi d’évoluer chaque semaine dans le milieu de terrain. C’est toujours là que je me suis le mieux senti.  »

Relais de René Girard sur le terrain, Guillaume Gillet plaît en France par son abattage. Le Nantais n’a pas cependant pas oublié les Diables rouges. Même s’il dit ne pas avoir de contact avec le staff, son commentaire, que nous vous proposons de retrouver dans notre édition digitale, est très intéressant. Tout comme le moment où il signale qu’il n’y a qu’en Belgique qu’on l’a pris un jour pour un joueur méchant…