Publié le Mardi 29 Novembre 2016 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Des souris au cou disloqué à l'aide d'un stylo, des souriceaux à qui on coupe la tête avec de simples ciseaux...: voici l'incroyable infiltration de GAIA dans un laboratoire bruxellois en vidéo!

Adrien de Marneffe

GAIA a infiltré le laboratoire de la VUB où sont réalisées des expériences scientifiques sur des animaux. Au sein même de «l’Animalarium», sur le campus de Jette, une jeune femme a travaillé sous couverture durant 4 mois, caméra soigneusement dissimulée, pour voir, analyser, documenter, la manière dont travaille un grand laboratoire. Au vu des éléments collectés, GAIA exige une enquête immédiate des autorités et que les tests sur animaux de la VUB soient suspendus.

Exclusivité Sudpresse

Une vidéo concoctée par GAIA et basée sur des images captées en catimini par leur «007» montre des scènes parfois difficilement soutenables. Des souris au cou disloqué à l’aide d’un stylo à bille. Des souriceaux à qui on coupe la tête avec de simples ciseaux, ou placés vivants dans un congélateur pour les tuer plus facilement, des bébés porcelets à peine sortis du ventre de leur mère et décapités, des souris flanquées d’énormes tumeurs agonisantes etc.

«Certaines tumeurs étaient si grosses qu’elles avaient éclaté sous la peau de l’animal en souffrance. Mais la situation était considérée comme «non problématique» puisque les animaux étaient employés pour une «expérience sur la survie»», détaille Michel Vandenbosch, président de GAIA. «Il y avait aussi des souris laissées pendant une longue durée dans le caisson à CO2 parce que la personne avait oublié d’appuyer sur le bouton pour les euthanasier.»

Durant 4 mois, entre mars et juin 2016, une jeune femme de 31 ans, militante de Gaïa, a infiltré en caméra cachée le laboratoire de l’Université Libre néerlandophone de Bruxelles (VUB). Cette Néerlandaise de 31 ans, engagée comme assistante, a collecté images, témoignages, informations, en immersion au sein même du laboratoire. Personne n’était au courant du véritable objectif de sa mission.

GAIA exige une enquête immédiate et une suspension des activités du laboratoire de la VUB. «Face à ces révélations, nous exigeons qu’une enquête exhaustive, indépendante et officielle des pratiques exercées à l’animalarium de la VUB soit entreprise par les autorités compétentes de la Secrétaire d’État du Bien-être animal, Madame Bianca Debaets, et que soit tout au moins suspendu l’agrément d’avoir recours à l’expérimentation dans cet établissement», précise Michel Vandenbosch.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent