Publié le Mardi 17 Mai 2011 à

Actualité > Politique > Opinions

Di Rupo nommé formateur: "il a tout à perdre"

Rédaction en ligne

Le Roi a surpris tout le monde en nommant dès lundi soir le président du PS Elio Di Rupo formateur du nouveau gouvernement. Chargé d'une mission socio-économique ET institutionnelle, il a reçu immédiatement de nombreux soutiens. Dans son édito paru ce mardi dans les journaux Sudpresse, Hugues Danze explique pourtant qu'il a... tout à perdre.

Un événement, la nomination d’Elio Di Rupo comme formateur par le Roi, en bouscule un autre, l’incarcération de Dominique Strauss-Kahn. Le Palais a donc décidé, un peu à la surprise générale, d’arrêter le jeu de dupe paralysant l’État depuis près d’un an.

"Voilà le président du PS (il n’avait pas vraiment le choix) désormais plongé au cœur de l’arène, écrit le rédacteur en chaef adjoint de Sudpresse. Sans aucun parachute. Pour preuve, le communiqué officiel du Palais royal annonce simplement qu’il est chargé de former un gouvernement et ”de prendre toute initiative utile à cet effet ”. Point. On peut difficilement en dire moins.

On le sait, la situation politique est d’une infinie complexité. D’autant plus complexe qu’hier soir, Bart de Wever qui a pourtant appelé à plusieurs reprises Elio Di Rupo à prendre ses responsabilités (ce qu’il vient de faire), disait en substance que l’initiative royale était une mauvaise surprise. Étonnant? Même pas, le président de la N-VA nous a habitués à dire tout et son contraire. On ne se formalisera donc pas de cette incohérence de plus.

Une certitude, l’initiative royale est un véritable cadeau empoissonné pour Di Rupo. D’une part parce que l’omnipotent président des nationalistes flamands a déjà clairement fait savoir qu’il souhaitait gouverner “ à droite toute ”. Di Rupo, formateur, va donc devoir faire preuve d’une infinie persuasion s’il veut amener les socialistes du nord au gouvernement. D’autre part, parce qu’au-delà du nom des partis (il y a toujours des sacrifiés sur l’autel de la realpolitik), il faudra, surtout, se mettre d’accord sur un programme socio-économique. Et on sait, qu’à ce niveau, les différences de point de vue sont au moins aussi abyssales que sur le volet communautaire. Il suffit pour s’en convaincre de lire le programme de la N-VA “ syndicat défenseur de l’intérêt général des Flamands ”. C’est dit.

Enfin, cette mission de formateur intervient au pire moment. Et on ne parle pas, ici, de la prochaine notation de la Belgique par l’agence Standard and Poor’s (en juin). Mais bien des élections communales d’octobre 2012. Qui auront une très grande influence sur les exigences de la N-VA et de Bart De Wever (du CD & V aussi), dont la plus grande ambition est d’être le futur bourgmestre d’Anvers.

On ne parle pas, non plus, du dossier communautaire (on ne refera plus le coup de 2007 aux Flamands en le balançant aux oubliettes) ou du front francophone, dont on peut craindre, aussi, qu’il se lézarde. Plus que formateur, c’est le rôle de démineur que va jouer Di Rupo. Au risque de tout perdre.

 

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Le Vlan est disponible en numérique

Numérique de Vlan
Jobs Régions Défi

Les décès dans l'actualité

Lauren Bacall

Lauren Bacall

Décès :
12/08/2014

Age :
89 ans

Robin Williams

Robin Williams

Décès :
11/08/2014

Age :
63 ans

Les anniversaires de leur départ

Diana Lady

Il y a 17 ans

Laurent Fignon

Il y a 4 ans

André-Marcel Adamek

Il y a 3 ans

Dans votre région

  • 86 ans, de Cul-des-Sarts, le 29/08/2014
  • 88 ans, de Herve, le 29/08/2014
  • 83 ans, de Le Rœulx, le 29/08/2014
Toutes les annonces sur www.enmemoire.be