53

Univers > Foot > Diables Rouges

Diables rouges: voici les véritables raisons de la non-sélection de Radja Nainggolan par Roberto Martinez

Young Kruyts, avec Frédéric Larsimont |

Publié le Samedi 5 Novembre 2016 à


Le courant ne passe pas entre le sélectionneur Roberto Martinez et Radja Nainggolan. © Photo News/Philippe Crochet

Le courant ne passe pas entre le sélectionneur Roberto Martinez et Radja Nainggolan. © Photo News/Philippe Crochet

Le médian défensif de l’AS Rome n’a pourtant quasiment manqué aucune minute de jeu avec les Romains et pouvait revendiquer une place dans le groupe pour les matches contre les Pays-Bas et l’Estonie.

Roberto Martinez a entouré sa liste de Diables rouges retenus pour affronter les Pays-Bas (9 novembre) et l’Estonie (13 novembre) d’un voile de saisissement qui souligne sa volonté de ne faire aucun cadeau aux routiniers de la sélection belge. Si quelques absences étaient attendues en raison de soucis physiques confirmés (Toby Alderweireld, Nacer Chadli, Thomas Vermaelen, Jordan Lukaku), le cas de Radja Nainggolan se veut foncièrement différent.

L’idée de ce retrait est « de le laisser se concentrer sur son club et d’attendre qu’il revienne en parfaite condition », selon les explications délivrées par un coach fédéral qui peine à trouver des arguments convenables au moment d’élargir le débat.

> Cliquez ici pour voir la vidéo sur mobile.

Car, s’il a répété à l’envi que son choix n’était pas conditionné par des éléments extérieurs à la réalité sportive, Roberto Martinez a, avant tout, basé son réquisitoire sur « un manque de rythme face à des concurrents qui ont assuré le job lors des derniers rassemblements internationaux. »

Buteur et en forme

Or, Radja Nainggolan n’a raté aucune rencontre avec l’AS Rome depuis le début de saison, au contraire de Mousa Dembélé ou Steven Defour, par exemple. Ces derniers temps, le « Ninja » anversois a même accumulé les minutes de jeu, tant en championnat qu’en Europa League, et marqué à deux reprises, face à Sassuolo et l’Austria Vienne.

Alors, où se situe le vrai nœud du problème ? Une discussion houleuse après la rencontre qualificative pour le Mondial 2018 contre Chypre, le 6 septembre dernier, et la décision du sélectionneur d’interdire la cigarette dans le groupe ont notamment eu raison de la relation entre les deux hommes.

> Découvrez toutes nos explications sur le cas Nainggolan ainsi que notre analyse de la sélection belge pour les matches contre les Pays-Bas (9 novembre) et l’Estonie (13 novembre) dans nos éditions sportives de ce samedi 5 octobre (PDF, liseuse numérique...).