Publié le Jeudi 20 Octobre 2016 à

Sports > Omnisports

La Belgique souhaite organiser l'Euro 2022 de handball avec la France et l'Espagne

Belga

Et si l’Euro 2022 de Handball de handball était organisé en Belgique ? Le projet est plus que jamais d’actualité, mais pas encore officiel.


Le Français Nikola Karabatic. ©News

Le Français Nikola Karabatic. ©News

Des responsables de la fédération belge de handball (URBH) ont annoncé jeudi à Bruxelles le souhait de la Belgique d’organiser l’Euro 2022 conjointement avec la France et l’Espagne. Des négociations sont en effet menées depuis plusieurs mois avec les fédérations de ces deux pays, l’objectif étant, selon Piet Moons, le directeur de l’URBH, de faire jouer en Belgique une des six poules de ce Championnat d’Europe.

L’équipe nationale masculine de handball disputera les qualifications pour l’Euro 2017 début novembre en Norvège et le 6 novembre à Liège contre les champions du monde français. À plus long terme, la fédération voudrait cependant faire des Red Wolves de véritables porte-drapeaux du handball et les amener dès 2020 à se distinguer à l’échelon européen.

«  En 2025, nous voulons prendre part au Championnat du Monde, et en 2028, éventuellement en 2032, nous souhaitons participer aux Jeux Olympiques  », développe Piet Moons.

L’organisation de l’Euro prendrait place dans le même « plan de développement ». Si les contacts avec la France et l’Espagne se concrétisent d’une manière officielle et si la candidature en 2018 est acceptée par le Congrès de la Fédération européenne, notre équipe nationale serait automatiquement qualifiée pour cette compétition. Sinon, l’objectif serait de passer le ou les tours préliminaire(s) pour y accéder.

Piet Moons, qui est président de l’URBH depuis le 1er juin dernier, a également mis l’accent jeudi sur la nouvelle gouvernance du comité exécutif paritaire, organe majeur de la fédération. Comme dans le passé, il est composé de trois membres de chaque ligue (VHV et LFH), mais aujourd’hui complété par trois administrateurs indépendants. Il s’agit non seulement du président mais également de Thierry Marique, professeur en sciences de la motricité à l’UCL, et de Dirk Verhofstadt, un des plus grands joueurs belges de tous les temps. Ce dernier est le président de la nouvelle commission technique nationale.

Une autre ligne de force qu’ont à cœur Piet Moons et sa nouvelle équipe, est certainement la qualité du travail en profondeur entrepris par les clubs afin de susciter auprès de la jeunesse une grande motivation pour atteindre le plus haut niveau.

La situation géographique de notre pays est particulièrement favorable au développement du troisième axe de la politique présentée. En effet, ses voisins comme l’Allemagne, championne d’Europe, et la France, numéro 1 au ranking mondial et championne du monde, sont des grandes nations du jeu à sept et permettent à certains de nos joueurs de s’y épanouir. Ce rapprochement a d’ailleurs été concrétisé, voici deux ans, par la signature d’une convention entre la Fédération Française et la nôtre. Sans oublier, aujourd’hui, que l’avènement de la BENE-League composée de six clubs belges et six clubs néerlandais ne cesse de tirer le niveau de jeu vers le haut. «  Nous pourrions presque dire que tous nos joueurs participent à des compétitions internationales  » confie avec un clin d’oeil Piet Moons.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent