Publié le Vendredi 19 Août 2016 à

Sports > Jeux Olympiques

JO 2016: le cavalier belge Jérôme Guéry visait une médaille mais termine 28e du concours d'obstacles

Belga

Le dernier représentant belge dans le concours de saut d’obstacles d’équitation n’est pas parvenu, avec son cheval Grand Cru van de Rozenberg, à se qualifier pour le parcours de la finale olympique vendredi matin à Rio de Janeiro.


Jérôme Guéry avec Grand Cru Van de Roz. © Photo News/Vincent Kalut

Jérôme Guéry avec Grand Cru Van de Roz. © Photo News/Vincent Kalut

Jérôme Guéry a encaissé 8 points de pénalité dans le premier concours de la journée et termine à la 28e place. Seuls les vingt premiers des 35 finalistes gagnaient le droit de se disputer les médailles sur le second parcours.

Le Sarthois avait le redoutable honneur d’inaugurer le premier tracé de cette finale : douze obstacles dont un triple qui s’achevait après 8 foulées par une barre d’1m60 après deux oxers. Cinq autres obstacles étaient placés à au moins 1m60, la dernière barre culminant à 1m62.

Il s’agissait d’une grande première pour l’étalon alezan de 10 ans, Grand Cru van de Rozenberg, qui n’est arrivé que cette saison dans la cour des grands chevaux de jumping.

« J’ai abordé la finale sereinement dans la mesure où l’objectif qui était précisément de l’atteindre avait été réalisé. C’est sûr qu’en partant N.1, on n’a pas de repaire. Le temps, je ne savais pas trop. Dès le début j’ai pris un grand galop, j’ai tourné court pour espérer ne pas prendre de point de temps (il en avait pris trois lors des deux précédents tracés, NDLR). Le cheval a très très bien commencé », a expliqué Jérôme Guéry.

« J’arrive un tout petit peu trop près dans le triple. Je dois fort le solliciter pour le milieu du triple, qui est un gros oxer, et après cela le cheval reste braqué sur son mors et je perds le contrôle. »

D’où la faute sur l’obstacle suivant le numéro 8, renversé par les antérieurs. « La fin du parcours était comme j’ai pu parce qu’il était bloqué sur les mors. Il était très difficile de respecter le contrat de foulées dans la dernière ligne. » Ce qui fut à l’origine de sa seconde faute sur l’avant-dernier obstacle, un vertical de 1m60.

« Je suis déçu de mon résultat en finale, où je rêvais bien sûr de faire un podium ou un Top 8 », a reconnu Guéry. « Il faut rester objectif, avec l’expérience du cheval, c’est déjà exceptionnel d’être arrivé là. Avec une année de plus, on aurait pu essayer de briguer une médaille », a encore analysé Guéry. « Mais dans l’ensemble, je suis très heureux de mes Jeux et très heureux de mon cheval. On a parlé de notre sport dans les médias, j’ai été supporté par beaucoup de gens en Belgique et cela, ça fait vraiment plaisir. »

Le Brabançon, qui va maintenant participer aux jumpings de Bruxelles et de Rome avant le championnat de Belgique et le concours de Los Angeles. « Après, je vais essayer avec Grand Cru de me qualifier pour la finale de la Coupe du monde indoor. »

L’éclosion de Grand Cru ne le met pas à l’abri d’un départ vers une autre écurie, comme ce fut le cas pour le cheval de Grégory Wathelet (Conrad) au mois de mars ce qui priva de Jeux Olympiques le 12e cavalier mondial. « Cela fait aussi partie de notre sport. Je m’autofinance. J’ai déjà refusé de belles offres pour le garder en vue des Jeux, parce que c’était mon rêve. Maintenant voilà, si cela doit venir j’y réfléchirai à ce moment-là. Revenir aux Jeux dans quatre ans à Tokyo, avec une équipe (de Belgique, NDLR), ce serait super. Et revenir avec un cheval avec un tout petit peu plus de maturité. L’objectif serait alors de remporter une médaille. La dernière en jumping remonte à 40 ans (aux JO de Montréal avec le bronze de François Mathy et de l’équipe belge, NDLR). »

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent