Publié le Lundi 7 Mars 2016 à

Sports > Omnisports

Grégory Wathelet perd son cheval de pointe à 5 mois des JO

Philippe Vande Weyer

Conrad de Hus, l’étalon avec lequel le meilleur cavalier belge du moment avait été sacré vice-champion d’Europe en 2015, a été vendu. À cinq mois des Jeux, c’est un coup dur.


Conrad de Hus a été vendu. © Photonews/Richard Juilliart

Conrad de Hus a été vendu. © Photonews/Richard Juilliart

À cinq mois des Jeux olympiques de Rio où, selon son capitaine d’équipe, Dirk Demeersman, « il pouvait viser une médaille », le cavalier Grégory Wathelet, nº 1 belge, a dû se résoudre à se séparer de Conrad de Hus, son cheval de pointe. L’étalon de 11 ans avec lequel il avait terminé 2 e  aux championnats d’Europe, à Aix-la-Chapelle, et remporté l’or avec l’équipe nationale à la Nations Cup, à Barcelone, l’an dernier, a, en effet été vendu au cavalier américain Quentin Judge. En vertu des règlements de la Fédération équestre internationale (FEI), celui-ci ne pourra toutefois pas le monter aux JO, puisqu’il a été vendu après la date limite du 15 janvier.

« C’est la règle de notre métier, admet, fataliste, Wathelet. Il comprend un aspect sportif mais aussi un aspect financier. Tout est toujours possible, c’est la loi de l’offre et de la demande. C’est évidemment dommage de perdre Conrad si près des Jeux, mais je me dis aussi qu’il aurait pu être vendu bien plus tôt et que je n’aurais pas, dès lors, obtenu les résultats que j’ai eus l’an dernier. »

L’offre, acceptée conjointement par Wathelet, qui touchera une commission sur la transaction, et par le propriétaire de Conrad de Hus, le Français Xavier Marie, était difficile à refuser. Le dossier a été finalisé la semaine dernière.

« Dans ce type d’affaire, le train repasse rarement une deuxième fois, poursuit le cavalier condruzien. C’est évidemment un gros dilemme mais il faut regarder tous les aspects du problème ; il y a toujours un risque de blessure qui peut tout vous faire perdre. Je viens par ailleurs de me lancer dans la construction d’une nouvelle écurie, où j’ai fait de gros investissements (NDLR : il a racheté la ferme familiale pour s’y installer) et financièrement, cette vente constitue forcément un plus. »

Classé pour l’instant 7 e  au ranking de la FEI, Grégory Wathelet va désormais s’atteler à trouver le meilleur remplaçant possible à Conrad de Hus dans les semaines qui suivent pour tenter d’être opérationnel à Rio. « J’ai deux ou trois idées… », affirme-t-il.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent