Publié le Samedi 27 Février 2016 à

Régions > Liège > Actualité

Aurélie, une Liégeoise de 19 ans, accouche en quelques minutes alors qu'elle ignorait sa grossesse: son by-pass dissimulait son petit bébé...

C.V.

Intestin paresseux ? Crise d’appendicite ? Non, c’était le petit Antonio qui pointait le bout de son nez ! Admise aux urgences du CHR Citadelle de Liège le 9 février pour un mal de ventre aigu, Aurélie, 19 ans, en est ressortie… avec un nourrisson dans les bras ! Le bébé, fruit d’un déni de grossesse, se dissimulait derrière le by-pass de sa maman. Antonio fait aujourd’hui le bonheur de toute la famille.


Aurélie ne s’attendait pas à ça

Photo News / Thomas Van Ass

Aurélie ne s’attendait pas à ça

Le mardi 9 février 2016 restera à jamais gravé dans la mémoire d’Aurélie. Et dans celle de ses parents qui, comme la jeune fille qui vit toujours chez eux, n’ont absolument rien vu venir de sa grossesse. Un « déni de grossesse » qui se termine heureusement fort bien : c’est avec bonheur que toute cette famille du Thier-à-Liège accueille aujourd’hui ce bout d’chou hyperdiscret, qui a bien ‘roulé son monde’ pendant neuf mois.

Réveillée ce matin-là par un mal de ventre lancinant mais supportable, Aurélie avale un Buscopan et part se balader. Un an et demi plus tôt, la jeune fille a subi un by-pass pour maigrir. Depuis, elle perd régulièrement du poids : – 45 kilos, déjà.

«  Depuis l’opération, elle avait mal au dos. Une douleur qui s’aggravait, explique Maria, sa maman. Il y a environ six semaines, nous sommes retournées chez le spécialiste qui l’avait opérée. Il a vérifié le by-pass par ultrasons, et a prescrit des cachets pour ce petit ventre qui lui restait. » Un ventre que Maria avait certes remarqué, mais sans jamais s’imaginer que… Comme le médecin, qui n’a pas vu le bébé non plus ! «  Le petit se cachait sur le côté, explique Aurélie en pointant son flanc. Il était debout. »

Une crise d’appendicite ?

Le soir du mardi 9 février, la douleur s’amplifie. «  Je me suis dit que ça allait passer en allant me coucher, poursuit Aurélie. Mais vers 22 heures, c’est devenu insupportable. » À 23 heures, Aurélie et ses parents débarquent aux urgences de l’hôpital de la Citadelle. «  Jusque-là, j’imaginais un problème de constipation. Puis on a pensé à une appendicite. » Désormais, Aurélie crie de mal. Elle n’arrive même plus à répondre aux questions des médecins.

«  Je sentais que je devais pousser et je pensais à ce problème de constipation  ». En trois poussées, à la surprise générale dont celle du personnel soignant, le petit Antonio est là, dans un lit des urgences. Il est 0h53. Le bébé pèse 2,57 kilos et mesure 49 cm...

Découvrez l’histoire complète d’Aurélie et d’Antonio dans les éditions du groupe Sudpresse de ce samedi, ainsi que dans nos éditions numériques, sur http://num.sudinfo.be

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent