Publié le Vendredi 19 Février 2016 à

Régions > Namur > Actualité

Grosse bourde de la Région wallonne, qui a signifié les faits à la police... trop tard: René Tonneaux, le comptable véreux, est en cavale

Sudinfo.be

Le Namurois René Tonneaux a détourné au moins un million d’euros. L’administration l’a suspendu lundi soir, mais n’a prévenu la police que mardi. Les polices de toute l’Europe sont à sa recherche, tandis que Marie, son épouse, a été placée sous mandat d’arrêt pour blanchiment.

Exclusivité Sudpresse

René Tonneaux, 64 ans. Difficile de cerner ce monsieur, très taiseux avec ses voisins et ses collègues. On nous décrit un individu très propre sur lui, bien de sa personne, portant des costumes ou des vêtements de marque (Moncler...) Cheveux grisonnants, moustache blanche, 1 mètre 75-80 pour 80 kilos. Peu bavard, « qui dit juste bonjour ».

Il est marié depuis le début des années 70 avec Marie et il a une fille qui a quitté le domicile familial. Le couple ne vit pas dans un palace mais tout de même dans un bel appartement, isolé dans la campagne namuroise, au rez-de-chaussée d’un nouvel immeuble qui en compte cinq. Notre fonctionnaire et son épouse sont locataires depuis plus de 5 ans et bénéficient d’un beau jardin... où ils ne vont jamais. Le loyer tourne autour des 1.100 euros, charges comprises.

Dans le voisinage, on parle d’un «  couple mystérieux, où on entendait parfois des cris, des disputes ». Les valises de René et de sa femme font jaser dans le coin. « Des valises… Louis Vuitton ! », insiste une dame qui, à la lueur de l’actualité, commence à comprendre. Madame ne travaillerait pas mais, toujours selon le voisinage, partait régulièrement en taxi faire du shopping. «  Le jour du ramassage des cartons, on voyait les emballages sur le trottoir. Elle n’achetait pas n’importe quoi : c’était du Louis Vuitton, du Delvaux, du Chanel, du Givenchy ! Je me suis toujours demandé où elle pouvait bien mettre tout cela et pourquoi acheter tant de choses. » Le couple semblait aussi partir souvent en voyage.

La suite de notre reportage dans nos éditions de ce vendredi et sur support numérique

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent