Publié le Mercredi 13 Janvier 2016 à

Actualité > Belgique

Le MR livre dix recommandations pour sauver les télévisions locales wallonnes

Belga

Le MR souhaite réformer les onze télévisions locales wallonnes, qui représentent 400 emplois, et propose dix recommandations pour «éviter un naufrage et, avec lui, un désastre social», a indiqué mercredi à Namur le député wallon Olivier Maroy, aux côtés de Charles Gardier, Philippe Knaepen et Olivier Destrebecq, sur base d’un état des lieux réalisé par le Centre Jean Gol, qui n’inclut pas Télé-Bruxelles jugée plus spécifique.

Vincent Lorent

«Les télévisions locales wallonnes se portent globalement plutôt mal. Bon nombre sont en difficulté financière, certaines sont en boni, d’autres sont dans le rouge depuis plusieurs années. Pour nous, le statu quo n’est pas une option. Notre démarche n’est pas de casser mais de construire un avenir pour les télévisions locales», a souligné Olivier Maroy, dénonçant l’attitude du ministre des Médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), Jean-Claude Marcourt (PS), qui «n’est pas pressé de mettre cette réforme en oeuvre». «Nous voulons les faire entrer le 21e siècle, certaines ont vécu dans certains endroits...», ajoute Philippe Knapen.

Le MR plaide pour une réforme du mode de financement et une révision des critères de subvention des télévisions locales, les subsides et aides publiques de la FWB, de la Région, des provinces, des communes et parfois des intercommunales représentant 69% des rentrées en moyenne. «Certaines communes n’hésitent pas arrêter leurs contributions lorsqu’il n’y a pas assez de reportages sur leur territoire. Ces attitudes sont dangereuses pour l’indépendance des journalistes», remarque Olivier Maroy.

Le financement de la FWB en 2015 est de 6,224 millions d’euros répartis en une subvention forfaitaire identique à chaque télévision locale, à laquelle s’ajoute une subvention calculée au prorata de la masse salariale nette (20%), de la production propre (45%), de la productivité (10%) et de la population résidant dans leur zone de diffusion respective (25%). Ce dernier critère devrait être remplacé par l’audience effective, d’après le MR.

L’opposition wallonne est également favorable à l’ouverture des capitaux des télévisions locales aux partenaires privés, proposant un incitant financier à la mise en place, par exemple, de joint-venture avec une radio privée ou un média de presse écrite.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent