Publié le Mardi 2 Décembre 2014 à

Régions > Liège > Actualité

Assassinat d'Ihsane Jarfi: un des accusés avait été interné neuf mois avant les faits

Belga

La compagne de Mutlu Kizilaslan, un des accusés de l’assassinat d’Ihsane Jarfi, a rapporté mardi après-midi devant la cour d’assises de Liège qu’il avait été interné neuf mois avant les faits pour un épisode de délire. Il aurait participé aux faits après avoir interrompu son traitement par sédatifs. Sa compagne a également confirmé son aversion pour les homosexuels.


Le procès se poursuit

Photonews

Le procès se poursuit

Les jurés ont pu entendre le témoignage de la compagne de Mutlu Kizilaslan. Après avoir décrit les liens qui forment leur couple, la compagne a confirmé que Mutlu Kizilaslan avait été interné en juillet 2011. Il avait connu un épisode de délire qui avait engendré un internement de 35 jours. Depuis lors, Mutlu Kizilaslan dépend de la mutuelle. Son problème médical avait nécessité des injections de sédatifs qui lui étaient régulièrement administrées par piqûres.

Selon sa compagne, Mutlu Kizilaslan avait été violent par le passé mais les injections régulières ont calmé son tempérament. Lorsqu’il recevait ses soins, il était cependant trop calme et amorphe. C’est la raison pour laquelle il avait décidé de mettre fin à son traitement par sédatifs. Selon sa compagne, c’est en avril 2012, peu de temps avant les faits, qu’il s’est « éveillé » et qu’il a commencé à avoir de mauvaises fréquentations.

Mutlu Kizilaslan a été décrit comme un homme protecteur, serviable et naïf. Le témoin a par ailleurs confirmé que Mutlu Kizilaslan n’apprécie pas les homosexuels. « De manière générale, il n’aime pas les homosexuels. Dans son esprit, l’homosexualité n’est pas concevable car elle ne correspond pas à sa culture », a indiqué sa compagne.

Deux experts ont encore été entendus par la Cour. Un climatologue a déterminé les conditions météorologiques à l’époque des faits. Ce spécialiste a souligné que le 21 avril 2012, la veille des faits, la journée avait été très pluvieuse. De nombreuses précipitations avaient aussi eu lieu dans les jours qui ont précédé. Par contre, aucune précipitation n’a eu lieu durant la nuit du 21 au 22 avril. Le sol était néanmoins détrempé à l’endroit où se sont déroulés les faits et où le corps d’Ihsane Jarfi a été retrouvé.

La température extérieure la nuit des faits était de 4 degrés. L’expert a confirmé que le soleil s’est levé cette nuit-là à 6h30. Au regard du code pénal, la circonstance aggravante de nuit s’applique donc aux faits reprochés aux accusés, lesquels se sont déroulés avant 5h30.

Le climatologue a enfin confirmé que la météo était douce entre le 23 et le 27 avril. Les températures n’ont pas dépassé un maximum de 15 degrés. Par contre, les 28 et 29, les températures ont grimpé jusqu’à 22 degrés. Le corps d’Ihsane Jarfi avait été retrouvé le 1er mai 2012.

Des analyses scientifiques ont également été réalisées pour analyser des fibres retrouvées sur le corps d’Ihsane Jarfi, sur ses vêtements retrouvés chez Jérémy Wintgens et sur les vêtements des autres accusés. Mais, en raison du délai qui s’est écoulé entre les faits et les prélèvements, ces analyses n’ont pas fourni de résultat concluant.

Les experts psychologues et psychiatres seront entendus mercredi matin.

Faites de lameuse.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent